Document de base

Plan stratégique 2024-2026  

ICM
Dernière édition 29 avril 2024 14:11 CEST

Malgré un bon départ, les progrès réalisés en matière de réduction de la mortalité maternelle et infantile dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD) stagnent. Toutes les deux minutes, une femme meurt à la suite de complications dues à la grossesse ou à l’accouchement et près de 2 millions d’enfants naissent mort-nés. La première année de la vie est la plus périlleuse, 74 % des décès d’enfants survenant pendant cette période. Dans de nombreux pays, les taux de mortalité maternelle sont stables, tandis qu’ailleurs, ils sont en hausse.  

Cette réalité souligne la nécessité d’un changement de paradigme dans la façon dont nous dispensons des soins aux femmes, aux personnes de la diversité sexuelle et de genre et aux bébés pendant la grossesse, le travail, l’accouchement et la période postnatale. Le moment est venu d’accepter ce que les faits démontrent depuis des décennies, à savoir, que la continuité des soins assurée par la sage-femme sauve des vies et a des effets bénéfiques sur les mères et les bébés, tout en améliorant l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive de qualité.  

Intégrer la continuité des soins assurée par la sage-femme dans des systèmes de santé plus larges dotés d’un environnement favorable, dans lequel les sages-femmes sont autonomes et ont les compétences nécessaires pour exercer leur métier conformément à la Définition internationale et champ de compétences de la sage-femme,a des répercussions positives sur les familles, les communautés et les sociétés. L’intégration de la continuité des soins assurée par la sage-femme dans les systèmes de santé peut assurer un meilleur accès aux services de santé essentiels et permettre de réaliser des progrès vers des objectifs de développement du système de santé plus larges comme la mise en œuvre de la couverture sanitaire universelle (CSU). Les sages-femmes peuvent couvrir environ 90 % des besoins de soins de  

santé sexuelle, reproductive, maternelle, du nouveau-né, et de l’adolescent  (SSRMNA), alors qu’elles représentent moins de 10 % des personnels de SSRMNA dans le monde. Étant la seule organisation mondiale qui soutient la profession de sage-femme par le biais d’associations membres dans plus de 140 pays, le moment est venu pour l’ICM de se concentrer davantage sur les réalités mondiales qui ont des répercussions sur la santé des femmes et des bébés.  

Le plan stratégique triennal de l’ICM (2024-2026) comprend quatre priorités fondamentales qui sont essentielles pour faire progresser les modèles de pratique de continuité des soins assurée par la sage-femme, et la profession de sage-femme de manière plus générale, ce qui aboutira à de meilleurs résultats en matière de santé sexuelle, reproductive, maternelle, du nouveau-né, et de l’adolescent  (SSRMNA) : 

  1. La première priorité doit s’attacher à assurer la durabilité de l’ICM sur les plans humain, social, économique et environnemental, sur le plan organisationnel et pour toutes les associations membres. Pour cela, l’ICM doit être flexible, capable d’apprendre et de s’adapter. Cela implique d’aider nos associations membres et les sages-femmes à travers les générations à renforcer leurs capacités et à assumer le rôle de chef de file qui leur revient au niveau national, régional et international et au sein de leurs communautés.  
  2. La deuxième priorité a pour objectif de promouvoir la pratique sage-femme en tant que profession autonome et de soutenir la reconnaissance et la mise en œuvre au niveau national des 10 éléments essentiels définis dans le cadre professionnel de pratique sage-femme de l’ICM, qui doivent être en place pour que les sages-femmes puissent réussir. Il s’agit également d’encourager les pays à mettre en œuvre le modèle de continuité des soins assurée par la sage-femme qui a démontré depuis longtemps sa capacité à améliorer les résultats en matière de santé.  
  3. La troisième priorité est axée sur la création de partenariats afin de mener des actions de plaidoyer et de communication plus ciblées, centrées sur l’impact positif de la continuité des soins assurée par la sage-femme sur ces résultats en matière de santé maternelle et néonatale. Renforcer la profession de sage-femme, les modèles de soins de pratique sage-femme et les sages-femmes elles-mêmes, nécessitera une collaboration afin de mettre en place des actions de plaidoyer et des partenariats plus efficaces entre les secteurs au niveau local, national et mondial.  
  4. La quatrième et dernière priorité porte sur le besoin émergent de se préparer et de répondre aux crises humanitaires et climatiques. Cela nécessitera de veiller à ce que les sages-femmes soient intégrées dans les processus de planification, qu’elles soient formées et dotées des outils nécessaires pour réagir efficacement et qu’elles disposent des ressources nécessaires en temps de crise. Pour aider ses associations membres et en collaboration avec elles, l’ICM est bien placée pour mobiliser ses partenaires mondiaux et mettre à profit ses efforts de plaidoyer pour démontrer la rentabilité de la continuité des soins assurée par la sage-femme face aux crises émergentes, notamment dans des cadres humanitaires et fragiles ainsi que dans les contextes résultant du changement climatique. 

L’ICM joue un rôle moteur dans la fourniture de conseils, ressources et soutien au secteur de la SSRMNA, aux associations de sage-femmes professionnelles et aux sages-femmes individuelles. Nous nous appuyons sur notre réputation et notre expertise de longue date pour continuer à démontrer le rôle majeur que jouent les sages-femmes pour parvenir à l’égalité en matière de santé et de genre et réclamer que les sage-femmes puissent enfin occuper un siège incontesté et réservé partout où des décisions sont prises en matière de santé et de développement.  

Notre plan stratégique triennal va bien au-delà de l’ICM. Nous l’avons développé en collaboration avec nos associations membres pour l’aligner sur leurs besoins et y répondre. Nous avons consulté les principales parties prenantes internes et externes, l’équipe mondiale de l’ICM ainsi que nos partenaires et donateurs. Le plan s’appuie sur la même approche holistique de la santé des femmes que celle que les sages-femmes utilisent tous les jours, en répondant à la fois aux besoins immédiats et aux défis systémiques rencontrés dans des domaines plus larges tels que l’égalité des sexes, les droits humains, la santé et les droits sexuels et reproductifs, la diversité, la couverture sanitaire universelle et le climat.  

Notre plan stratégique triennal 2024-2026 a été élaboré pour servir l’ICM et ses membres. Le plan s’appuie sur les principaux domaines où nous excellons et les leçons apprises, et il tire parti de notre valeur ajoutée unique, à savoir, le fait que nous sommes la seule organisation centrée sur le rôle essentiel des sages-femmes en tant que professionnelles de la santé qui fournissent des soins de qualité aux femmes et aux bébés à toutes les étapes qui conduisent à la naissance et dans les domaines plus larges de la SSRMNA. Le plan stratégique a été soigneusement élaboré pour définir la trajectoire de développement ascendante de la profession de sage-femme, en veillant à la résilience, la portée, l’impact et le leadership de l’ICM et des associations membres à l’échelle locale, nationale, régionale et mondiale.  

Priorités stratégiques de l’ICM 2024-2026

Mission : Renforcer les associations membres et faire progresser la profession de sage-femme dans le monde entier en mettant en avant les sages-femmes autonomes en tant que prestataires de soins idéales pour s’occuper des femmes en âge de procréer et pour encourager un accouchement normal, afin d’améliorer la santé reproductive des femmes ainsi que la santé de leurs nouveau-nés et de leurs familles.

Priorité stratégique 1 : Favoriser l’innovation, le leadership et la durabilité pour l’avenir de la profession de sage-femme.

  • Assurer la durabilité de l’ICM, notamment sur le plan humain, social, économique et environnemental.  
  • Aider l’ICM à devenir une organisation réactive qui n’a de cesse d’apprendre et de mieux répondre aux besoins de ses membres de manière innovante.  
  • Donner aux associations de sages-femmes et aux sages-femmes à travers les générations les moyens de revendiquer leur place de leaders à long terme, d’avoir un rôle à la table des décideurs et parmi tous les groupes qui constituent la profession de sage-femme ainsi que dans les secteurs afférents, aussi bien au niveau mondial que local. 
  • Veiller à ce que l’ICM collabore avec des donateurs, des partenaires, des gouvernements et le secteur privé pour fournir une assistance technique et un leadership dans le développement et la mise en œuvre de la continuité des soins assurée par la sage-femme, de nouvelles ressources et d’innovations.   
  • Utiliser et promouvoir davantage de ressources numériques de gestion des connaissances pour atteindre et soutenir les sages-femmes et leurs associations à toutes les étapes de leur développement professionnel. 

Priorité stratégique 2 : Appuyer la diffusion et la mise en œuvre du Cadre professionnel de pratique sage-femme.

  • Promouvoir les sages-femmes en tant que professionnelles autonomes afin d’améliorer les résultats en matière de santé pour les mères et les nouveau-nés, ainsi que la qualité des soins de santé sexuelle, reproductive, maternelle, du nouveau-né et de l’adolescent (SSRMNA).  
  • Décrire et plaider en faveur d’un environnement favorable aux sages-femmes qui facilite le pouvoir et l’autonomie professionnels, l’infrastructure au niveau du système, l’intégration et le financement nécessaires pour que les sages-femmes puissent exercer sur l’ensemble de leur champ de pratique, conformément à la définition de l’ICM. 
  • Renforcer les compétences essentielles, la formation, la réglementation et le leadership des sages-femmes.  
  • Favoriser l’utilisation de la recherche et des données probantes pour la profession de sage-femme et la continuité des soins assurée par la sage-femme. 
  • Renforcer le rôle unique des associations de sages-femmes en tant que porte-parole des sages-femmes et pour soutenir et faire progresser la profession.  

Priorité stratégique 3 : Collaborer avec des partenaires pour développer le mouvement en faveur de la profession de sage-femme et renforcer le rôle des sages-femmes en tant que prestataires de soins de santé compétents et respectés qui placent la voix des femmes sur le devant de la scène.

  • Tirer parti des activités de plaidoyer et de communication pour influencer et éduquer les décideurs politiques et un public plus large sur l’impact positif des sages-femmes sur la santé maternelle et néonatale, la santé et les droits sexuels et reproductifs, et l’égalité des sexes, en plus de l’impact sur les familles et les communautés. 
  • Fournir aux sages-femmes et aux associations de sages-femmes les données et les outils nécessaires pour leur permettre de défendre efficacement la continuité des soins assurée par la sage-femme et les droits et la santé sexuelle, reproductive, maternelle, néonatale. 
  • Utiliser des relations efficaces et équitables pour développer et soutenir la profession de sage-femme et étendre l’influence de l’ICM. 
  • Soutenir les associations de sages-femmes pour qu’elles établissent des partenariats avec les groupes de femmes et les communautés.  
  • Soutenir les partenariats entre les sages-femmes et les femmes.  
  • Renforcer les partenariats entre les sages-femmes et d’autres parties prenantes, y compris les décideurs politiques au niveau national et mondial, les autres personnels soignants et professionnels de la santé, les autres associations de professionnels de santé et les partenaires intersectoriels. 

Priorité stratégique 4 : Travailler en partenariat pour veiller à ce que les associations membres soient prêtes et bien placées pour répondre aux crises humanitaires et climatiques émergentes.

  • Créer de nouveaux partenariats pour atténuer les effets des crises humanitaires et climatiques sur les femmes et les nouveau-nés en sensibilisant un public plus large à l’importance du rôle que jouent les sages-femmes dans les situations de crise et en obtenant de nouveaux financements et partenariats dans les secteurs de l’humanitaire et du climat. 
  • Mettre en place et garantir un financement destiné à fournir des ressources essentielles aux associations de sages-femmes (équipement, services, fournitures, etc.) pendant les crises humanitaires. 
  • Accroître les connaissances et les opportunités de formation des associations membres afin de mieux soutenir la réponse aux crises, notamment en encourageant les sages-femmes à adopter un rôle de chef de file dans la planification de la préparation au niveau local et national et le partage des connaissances entre les associations de sages-femmes.